CNRS 

Le Centre national de la recherche scientifique est une institution de recherche parmi les plus importantes au monde. Pour relever les grands défis présents et à venir, ses scientifiques explorent le vivant, la matière, l’Univers et le fonctionnement des sociétés humaines. Internationalement reconnu pour l’excellence de ses travaux scientifiques, le CNRS est une référence aussi bien dans l’univers de la recherche et développement que pour le grand public.

CNES 

L’ESPACE, UNE AMBITION POUR LA FRANCE

Dès le début des années 60, la France a fait de l’espace une priorité stratégique, un enjeu fort de souveraineté et, 50 ans plus tard, l’espace est indispensable à la vie quotidienne des citoyens et des États. Il est aussi générateur de richesse économique et d’emplois. L’espace est un univers à lui tout seul, source infinie de rêve et de découverte.

IFREMER 

L’Ifremer contribue, par ses travaux et expertises, à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes. À ces fins, il conçoit et met en œuvre des outils d’observation, d’expérimentation et de surveillance, et gère des bases de données océanographiques.

IGN 

L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) est l’opérateur de l’État en matière d’information géographique et forestière de référence, certifiée neutre et interopérable.

L’IGN est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle des ministres chargés respectivement du développement durable et des forêts.

IRD 

L’Institut de recherche pour le développement est un organisme pluridisciplinaire reconnu internationalement, travaillant principalement en partenariat avec les pays méditerranéens et intertropicaux.

L’IRD est un établissement public français placé sous la double tutelle des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et de l’Europe et des Affaires Étrangères. Il porte, par son réseau et sa présence dans une cinquantaine de pays, une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et pays qui font de la science et de l’innovation un des premiers leviers de leur développement.

INRAE 

Au 1er janvier 2020, l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) et l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) ont fusionné pour devenir un institut de recherche unique : INRAE

INRAE a pour ambition de construire une recherche d’excellence au service de la production de connaissances, de l’enseignement, de l’innovation, en appui aux politiques publiques, afin d’accélérer les transitions en matière d’agriculture, d’alimentation et d’environnement pour atteindre les objectifs de développement durable.

Météo France 

Météo-France, établissement public administratif, est le service officiel de la météorologie et de la climatologie en France. À ce titre, il exerce les attributions de l’État en matière de sécurité météorologique des personnes et des biens. Météo-France est notamment chargé de la prévision et de l’étude des phénomènes météorologiques, de l’état du manteau neigeux et de l’état de la surface de la mer et de l’émission des vigilances météorologiques pour les territoires français de métropole et d’outre-mer. L’établissement est également chargé de la conservation de la mémoire du climat et de l’élaboration de projections climatiques globales et régionales.

MESRI/DGRI 

La direction générale de la recherche et de l’innovation (D.G.R.I.) pilote l’élaboration de la stratégie nationale de recherche, en étroite collaboration avec les ministères concernés et en impliquant l’ensemble des parties prenantes. Elle la décline par grands domaines scientifiques et dans ses dimensions transversales. Elle s’assure de sa mise en œuvre et veille à son évaluation. A ce titre, elle contribue au renforcement de la capacité nationale d’innovation.

IPGP 

Organisme de recherche en géosciences de renommée mondiale, l’IPGP étudie la Terre et les planètes depuis le noyau jusqu’aux enveloppes fluides les plus superficielles, à travers l’observation, l’expérimentation et la modélisation. Une attention toute particulière est portée aux observations de longue durée qui sont essentielles pour l’étude des systèmes naturels. L’IPGP a la charge de services d’observation labellisés en volcanologie, sismologie, magnétisme, gravimétrie et érosion à travers ses observatoires permanents sur les îles de Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion et à Chambon-la-Forêt (France métropolitaine).

CEA 

Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est un organisme public de recherche à caractère scientifique, technique et industriel (EPIC).​
Acteur majeur de la recherche, du développement et de l’innovation, le CEA intervient dans quatre domaines : la défense et la sécurité, les énergies bas carbone (nucléaire et renouvelables), la recherche technologique pour l’industrie et la recherche fondamentale (sciences de la matière et sciences de l​a vie). S’appuyant sur une capacité d’expertise reconnue, le CEA participe à la mise en place de projets de collaboration avec de nombreux partenaires académiques et industriels.

SHOM 

Établissement public de l’État à caractère administratif (EPA) depuis
le 11 mai 2007 sous tutelle du ministère de la défense, le Service hydrographique et océanographique de la marine (Shom) a pour mission de connaître et de décrire l’environnement physique marin dans ses relations avec l’atmosphère, avec les fonds marins et les zones littorales, d’en prévoir l’évolution et d’assurer la diffusion des informations correspondantes.
L’exercice de cette mission se traduit par trois activités primordiales, opérationnelles, orientées par leurs finalités directes :

  • du soutien de la défense,
  • de l’hydrographie nationale,
  • du soutien des politiques publiques de la mer et du littoral.

BRGM 

Le BRGM a pour ambition de répondre à des enjeux majeurs pour notre société, plus particulièrement à ceux liés au changement climatique, à la transition énergétique et au développement de l’économie circulaire. Autour des géosciences, le BRGM développe une expertise pour contribuer à une gestion harmonisée et un usage maîtrisé du sol et du sous-sol des villes et des territoires.

L’activité du BRGM est organisée autour de 6 grands enjeux sociétaux :

  • Géologie et connaissance du sous-sol
  • Gestion des eaux souterraines
  • Risques et aménagement du territoire
  • Ressources minérales et économie circulaire
  • Transition énergétique et espace souterrain
  • Données, services et infrastructures numériques

Son action est orientée vers la recherche scientifique, l’appui aux politiques publiques et la coopération internationale.

CEREMA 

Le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) est un établissement public tourné vers l’appui aux politiques publiques, placé sous la double tutelle du ministère de la transition écologique et solidaire et du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales.

CIRAD 

Le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) est l’organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes. Ses activités relèvent des sciences du vivant, des sciences sociales et des sciences de l’ingénieur appliquées à l’agriculture, à l’alimentation, à l’environnement et à la gestion des territoires. Il travaille autour de grandes thématiques telles que la sécurité alimentaire, le changement climatique, la gestion des ressources naturelles, la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté.

INERIS 

Créé en 1990, l’Ineris est né d’une restructuration du Centre de recherche des charbonnages de France (CERCHAR) et de l’Institut de recherche chimique appliquée (IRCHA). Il capitalise près de 70 ans d’expertise et de savoir-faire. L’institut a pour mission de contribuer à la prévention des risques que les activités économiques font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens, et sur l’environnement.

ONERA 

L’ONERA (l’Office national d’études et de recherches aérospatiales) a pour mission :

  • De développer et d’orienter les recherches dans le domaine aérospatial.
  • De concevoir, de réaliser, de mettre en œuvre les moyens nécessaires à l’exécution de ces recherches.
  • D’assurer, en liaison avec les services ou organismes chargés de la recherche scientifique et technique, la diffusion sur le plan national et international des résultats de ces recherches, d’en favoriser la valorisation par l’industrie aérospatiale et de faciliter éventuellement leur application en dehors du domaine aérospatial.

Observatoire Côte d’Azur 

L’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA) est un établissement public national d’enseignement supérieur et de la recherche à caractère administratif (EPA) et porte par ses statuts les missions de recherche scientifique, de services d’observation et de diffusion des connaissances d’un Observatoire des Sciences de l’Univers (OSU). L’OCA regroupe et pilote les activités de recherche en sciences de la Terre et de l’Univers de la région azuréenne grâce à son unité mixte de services, Galilée et ses 3 unités de recherche multitutelles (OCA, CNRSUNSIRD) : ArtémisGéoazur et Lagrange. L’OCA est membre de la ComUE Université Côte d’Azur fondée le 27 février 2015.

Avec quelques 450 agents localisés sur 4 sites géographiques (site historique du Mont Gros, campus Valrose de l’UNS à Nice, Sophia Antipolis et le site d’observation du plateau de Calern), l’OCA est un des 25 Observatoires des sciences de l’Univers français chargés du recueil continu et systématique de données observationnelles de la Terre et de l’Univers. Son rôle est d’explorer, de comprendre et de valoriser les sciences de la Terre et de l’Univers, que ce soit en astrophysique, en sciences de la Terre, mais aussi dans les sciences connexes comme la mécanique, le traitement du signal, ou l’optique. 

Observatoire Paris 

Fondé en 1667, l’Observatoire de Paris est le plus grand pôle national de recherche en astronomie. 30 % des astronomes français y poursuivent leurs recherches au sein de cinq laboratoires et un institut. Situés sur ses campus de Paris, Meudon et Nançay, ils sont tous des Unités Mixtes de Recherche (UMR) avec le CNRS et, souvent, avec de grandes universités scientifiques de la région parisienne. L’Observatoire de Paris remplit trois missions principales :

Ecole Polytechnique 

Parce qu’en période de guerre économique globale, seule l’innovation crée la prospérité, l’École polytechnique produit et partage des connaissances pluridisciplinaires au plus haut niveau, pour ses élèves, pour les entreprises et pour la société, en développant l’esprit entrepreneurial, l’audace et le sens de l’intérêt général dans ses enseignements et dans sa recherche.

Université Lille-1 

L’Université de Lille, université pluridisciplinaire d’excellence au cœur de l’Europe du Nord, est riche d’un patrimoine culturel et scientifique exceptionnel inscrit dans l’histoire de la région des Hauts-de-France. Forte de ses 72 000 étudiant·e·s (dont 9 502 internationaux), 6 700 personnels, 66 unités de recherche et une offre de formation qui couvre l’ensemble des champs disciplinaires, l’Université de Lille s’impose comme un acteur majeur de la région pour la formation, la recherche et l’innovation et par son engagement sur les questions de société.

Université Féd. Toulouse 

7 000 chercheurs et enseignants chercheurs, les 5 000 personnels administratifs et techniques et près de 4 500 doctorants, font de l’Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées l’un des cinq principaux pôles de recherche de France.Cette stratégie scientifique de site s’articule autour de six axes interdisciplinaires qui répondent à de grands enjeux sociétaux :

  1. Changements globaux et dynamiques des écosystèmes
  2. Transition énergétique et nouveaux itinéraires de la matière
  3. Aéronautique, Espace et nouvelles mobilités
  4. Sciences des données et société digitale
  5. Régulations, patrimoines, cultures et sociétés
  6. Santé, biologie et bien-être

Université Grenoble-Alpes 

Ancrée sur son territoire, pluridisciplinaire et ouverte à l’international, la nouvelle université réunit les grandes écoles Grenoble INP, Sciences Po Grenoble et l’École nationale d’architecture de Grenoble, les composantes de l’ancienne Université Grenoble Alpes et la Communauté Université Grenoble Alpes.

Les organismes nationaux de recherche CEA, CNRS, Inria et Inserm sont associés encore plus étroitement à la nouvelle Université Grenoble Alpes pour développer une politique commune en recherche et valorisation à l’échelle internationale.  Les relations avec l’Inrae, l’IRD et le CHU Grenoble Alpes seront également renforcées dans le cadre de cette nouvelle université.

Université Clermont-Auvergne

L’Université Clermont Auvergne a été créée le 1er janvier 2017. Tout en s’inscrivant délibérément dans les réseaux nationaux et internationaux de production et de diffusion de la connaissance, l’université participe de l’écosystème auvergnat aux cotés des acteurs socioéconomiques et des collectivités territoriales ; cette nouvelle université doit être motrice pour développer l’enseignement supérieur et la recherche en Auvergne au service des usagers et de l’ensemble des acteurs du territoire et accroitre encore sa qualité, son rayonnement et son attractivité. Elle participe ce faisant de la restructuration territoriale nationale et de la construction d’une grande région Auvergne Rhône Alpes de dimension européenne.

Université Strasbourg

L’Université de Strasbourg , c’est près de cinq siècles d’histoire, des noms illustres, un patrimoine riche, une situation européenne. L’université c’est aussi plus de 52 000 étudiants accueillis chaque année dont 20% d’étudiants étrangers, 5300 enseignants chercheurs et personnels, 35 unités de formations et recherches, 72 unités de recherche. Des chiffres imposants qui font de l’université un espace riche et multiple que ce soit dans l’offre de formation pluridisciplinaire et la recherche comme dans l’offre culturelle et patrimoniale.

Universite Montpellier

De l’exploration spatiale à la robotique en passant par l’ingénierie écologique ou les maladies chroniques, les chercheurs de l’UM inventent des solutions pour demain, au service de l’Homme et de son environnement.

Une recherche dynamique, menée en étroite collaboration avec les organismes de recherche et bénéficiant de plateformes technologiques de haut niveau pour répondre aux besoins de la société du XXIe siècle.

Une recherche de pointe, que l’UM s’attache à valoriser en tissant des liens étroits avec les industries implantées dans la région, notamment dans le secteur biomédical et des nouvelles technologies.

L’Université de Montpellier a adopté des Conditions Générales de Vente de prestation de service de recherche (CGV), dans le double objectif de simplifier et de sécuriser les procédures de contractualisation de ces prestations.

L’UM est engagée dans une conduite responsable en recherche avec quelques actions emblématiques : une politique relative à la science ouverte avec le portail HAL, une charte de signature des publications scientifiques, une charte relative à l’intégrité scientifique et plus récemment la mise en œuvre du protocole de Nagoya dans les projets de recherche.

Région Hauts de France 

Agro Paris Tech

Institut des sciences et industries du vivant et de l’environnement, sous tutelle des ministères en charge de l’agriculture et de l’enseignement supérieur. Acteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, ce grand établissement de référence au plan international s’adresse aux grands enjeux du 21e siècle : nourrir les hommes en gérant durablement les territoires, préserver les ressources naturelles, favoriser les innovations et intégrer la bioéconomie. AgroParisTech se structure en 8 campus en France dont 4 en Ile-de-France, 5 départements de formation et de recherche, 24 unités mixtes de recherche, 1 ferme expérimentale, 1 halle technologique, des tiers-lieux ouverts dits « Inn Lab » et compte plus de 2000 étudiants, 230 enseignants-chercheurs, 375 doctorants.

AgroParisTech est membre du consortium ParisTech, membre fondateur de l’Université Paris-Saclay et membre de l’Institut Agronomique Vétérinaire et Forestier de France.