Pôle AERIS : Atmosphère

Les recherches dans le domaine atmosphérique concernent des thématiques comme la dynamique, la physique et la chimie atmosphérique. Elles incluent aussi des travaux plus orientés vers l’étude de l’évolution du climat. Pour effectuer ces recherches, la communauté scientifique utilise des modèles mais aussi des observations qu’elles soient obtenues au sol, au moyen de satellites ou de véhicules aéroportés.

Un des enjeux de ce siècle est de rendre ces données accessibles à une large communauté, que cela soit pour des activités de recherche ou des applications commerciales. Ces données d’observations, pour être utiles, doivent être étalonnées, validées, homogénéisées. C’est dans ce contexte qu’intervient, AERIS.

AERIS est constitué autour de quatre centres de données  (ESPRI, ICARE, SEDOO et SATMOS) ayant les moyens de gestion collective des données, où environ 40 personnes y sont impliquées. Il s’appuie aussi sur des centres d’expertise et des réseaux de laboratoires, éléments indispensables d’un pôle de données pour les développements algorithmiques et les prototypages.

AERIS, génère des produits à partir des observations, mais également de nombreux services d’aide à l’utilisation des données, d’aide aux campagnes, ou d’interface avec les modèles.

Il se positionne comme un acteur incontournable sur la fourniture de données et de services au niveau français mais aussi européen. (source : site Aeris https://www.aeris-data.fr/ )

Pôle FORM@TER : Terre Solide

Le pôle Terre solide a pour objectif de faciliter l’accès aux données et contribuer à la création de nouveaux produits et services en apportant de la valeur ajoutée aux données spatiales et « in-situ » disponibles.  Il s’inscrit dans les paysages national et européen en articulation étroite avec les infrastructures en place et en construction. Pour cela, le pôle Terre solide, a pour mission de fédérer les centres existants au service de la communauté Terre Solide. Il s’appuie sur un portail donnant accès aux données spatiales, in-situ et d’expérimentations du domaine. Il ambitionne d’apporter de la plus-value, notamment pour les données et services dans les champs dans lesquels des centres de données n’existent pas ou demandent à être développés et dans l’articulation avec les dispositifs européens et internationaux. Le pôle, en synergie avec les autres structures du domaine et au sein de l’infrastructure de recherche « Pôle de données Système Terre » en construction, va renforcer la communauté Terre Solide en lui donnant accès aux données et aux produits dont elle a besoin pour ses recherches.(source : site https://www.poleterresolide.fr/)

Pôle THEIA : Surfaces continentales

Le pôle de données et de services surfaces continentales Theia poursuit 4 grands objectifs  :

  • Promouvoir et faciliter l’accès aux données spatiales d’observation de la Terre, pour les scientifiques et acteurs publics, à la fois en termes d’imagerie, de produits à valeur ajoutée et de données in situ.
  • Développer des produits à valeur ajoutée et des services pour la communauté scientifique et les acteurs publics ;
  • Mettre en réseau les compétences ;
  • Soutenir la recherche française dédiée à l’observation des surfaces émergées à l’échelle européenne et internationale.

Les travaux du pôle Theia s’organisent autour de 24 centres d’expertise scientifiques travaillant à développer des produits adaptés et innovants dans 10 grands thèmes transversaux. Un réseau de 9 ART (Animation régionale Theia) permet d’organiser un échange avec les acteurs et les utilisateurs de produits dans les territoires en France métropolitaine, en outremer et dans les pays du sud.

(source : site https://www.theia-land.fr/)

Pôle ODATIS: Océans et littoral

La mission principale du Pôle Océan ODATIS est de mettre à disposition des données, des produits, des logiciels, des outils et /ou des services destinés principalement à la communauté scientifique française travaillant dans le domaine de la recherche océanographique.

ODATIS (pôle de Données et Services pour l’océan), contribue à décrire, quantifier et comprendre l’océan dans sa globalité :

  • la dynamique et thermodynamique de l’océan;
  • l’évolution de ses propriétés physico-chimiques;
  • les cycles biogéochimiques;
  • le fonctionnement des écosystèmes marins;
  • l’évolution de l’océan et du lien océan-climat dans le passé (paléo-océanographie).

Il traite aussi des thèmes spécifiques au littoral (incluant les estuaires, lagunes et lagons) :

  • évolution morpho-dynamique du littoral;
  • trait de côte/niveau de la mer; pollutions/eutrophisations;
  • évolutions des écosystèmes littoraux.

La plupart des recherches menées par les communautés impliquées dans le pôle Océan ODATIS font l’objet des prospectives supervisées par les commissions spécialisées et inter-organisme CSOA et CSSIC du CNRSINSU, ainsi que celles organisées par le CNRS-INEE. Elles font également l’objet des réflexions prospectives menées au niveau des groupes thématiques d’AllEnvi, notamment des groupes « Mer et littoral », « Climat », « Evaluation environnementale », « Risques » et « Infrastructures ».

Ces recherches, ainsi que les systèmes d’observation associés, sont soutenus au niveau français par des appels à projet:

  • des programmes inter-organismes: LEFE, EC2CO et PNTS, coordonnés par le CNRSINSU,
  • des programmes TOSCA du CNES,
  • des programmes de l’ANR,
  • des soutiens de base des organismes aux services nationaux d’observation labellisés (SNO),
  • des soutiens locaux et régionaux aux SNO,
  • des soutiens de base aux infrastructures fédératives d’observation du MENESR via AllEnvi et les opérateurs de recherche (SOEREIRTGIR).

Les données et produits du Pôle Odatis doivent aussi contribuer à la mise en œuvre des politiques publiques (en particulier la DCSMM), ainsi qu’à l’essor de l’environnement socio-économique national.

Pôle ECOSCOPE : Biodiversité.

ECOSCOPE est une infrastructure qui doit contribuer à mieux organiser la collecte, la gestion et la valorisation des données à travers l’accès distant à différents types d’observations pour la recherche sur la biodiversité et l’expertise nécessaire aux décideurs politiques.

Missions

L’objectif d’ECOSCOPE est de mettre en place un pôle de données d’observation pour la recherche sur la biodiversité afin d’en documenter et comprendre l’état actuel, la dynamique, les mécanismes et ses évolutions potentielles futures.

L’enjeu scientifique d’ECOSCOPE est d’agréger et de coupler plusieurs types de données, collectées durant de longues périodes et ainsi d’assurer une complémentarité des observations. Pour cela, ECOSCOPE favorise la mise en relation de différents dispositifs de recherche variant par : l’amplitude spatiale et temporelle, les écosystèmes et règnes étudiés, le niveau d’organisation (du gène à l’écosystème), les sources et modes de collecte de données et les variables mesurées.

Il s’agit de mettre en relation des informations sur :

  • les variables caractérisant les espèces et les communautés (distribution, abondance, phénologie des espèces…) avec d’autres variables biologiques (morphologie, régime alimentaire, génome, mode de reproduction, cycle de vie…),
  • des données environnementales (climat, azote, sols…),
  • des données socio-économiques (pratiques agricoles, systèmes de production, gestion et sélection, densités de populations humaines, infrastructures…).

Le pôle a pour objectifs de :

  • fournir à une large communauté utilisatrice un accès à des métadonnées et jeux de données d’observation pour la recherche sur la biodiversité, des services et des outils de visualisation et d’analyses des données et des produits, de promouvoir la diffusion des bonnes pratiques;
  • favoriser les réflexions autour du concept des « Essential Biodiversty Variables » (EBVs) pour saisir les principales dimensions de l’état et de la dynamique de la biodiversité;
  • contribuer aux initiatives nationales, européennes et internationales sur les données et l’observation et favoriser l’ouverture à d’autres communautés de recherche.

Fonctionnement

ECOSCOPE est un projet multi-organismes animé par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité. Les travaux menés sont réalisés en lien avec le ministère de la Recherche et les acteurs de la recherche, et en étroite collaboration avec les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture ainsi que les acteurs de la société.

Après avoir été labellisé Système d’Observation et d’Expérimentation pour la recherche en Environnement (SOERE) par l’Alliance nationale de la recherche pour l’Environnement (AllEnvi) sur la période 2011-2015, ECOSCOPE est depuis 2016 reconnu comme « Infrastructure pôle de données biodiversité » dans les Sciences du système terre & environnement de la feuille de route des infrastructures nationales du ministère de la Recherche. Le programme de travail 2016 s’oriente vers le déploiement du portail de métadonnées, l’organisation de conférences nationales scientifiques et la mise en place d’ateliers pratiques sur la gestion, l’interopérabilité et l’analyse des données.