Qu’est ce que DATA TERRA ?

Parmi les 99 infrastructures nationales, DATA TERRA est l’infrastructure de référence pour le numérique dans le champ de l’environnement.

DATA TERRA est une infrastructure de recherche du domaine système terre et environnement.

Infrastructures de recherche : présentation

Europe-échafaudage

Les objectifs du programme Horizon 2020 sont de développer des infrastructures de recherche européennes d’excellence pour 2020 et au-delà, de promouvoir leur potentiel d’innovation et leurs ressources humaines, ainsi que de renforcer la politique européenne.

Qu’est-ce que les infrastructures de recherche ?

Les I.R. sont des installations, des ressources et des services qui sont utilisés par les chercheurs pour mener leurs travaux et favoriser l’innovation dans leurs propres domaines scientifiques.

Le cas échéant, ils peuvent être utilisés pour l’éducation ou l’appui à d’autres politiques publiques comme la santé, la sécurité, la préservation de l’environnement, la présence française à l’étranger.

Ils comprennent :

  • les équipements – ou ensembles d’instruments – scientifiques remarquables ;
  • les ressources cognitives comme les collections, les archives et les bibliothèques scientifiques ;
  • les infrastructures virtuelles, telles que les bases de données, les systèmes informatiques et les réseaux de communication ;
  • ainsi que toute autre infrastructure ou réseau d’observation d’une nature unique indispensable pour permettre à leurs scientifiques utilisateurs de mener leurs travaux de recherche et d’innovation dans un cadre idéal d’excellence.

Ces infrastructures peuvent être « à site unique« , « virtuelles » ou « distribuées« .

Les infrastructures : outils indispensables à la recherche ?

Les IR sont devenues des éléments incontournables pour de plus en plus de communautés de chercheurs.

Grâce à leurs performances exceptionnelles et à leur ouverture vers de plus en plus de communautés scientifiques, elles ont contribué à fédérer ces dernières et leur ont permis de réaliser de remarquables avancées dans plusieurs domaines de la physique, de la biologie et des matériaux.

Leur caractère exceptionnel s’est aussi affirmé au travers des réseaux d’observation et de mesures de la société et de ses environnements physique et écologique.

L’explosion de l’usage des grands réseaux de communication a boosté une virtualisation phénoménale des activités de recherche et d’innovation.

Certains de ces réseaux sont connectés aux réseaux – virtuels et réels – mondiaux, car certains enjeux de société en termes de santé, d’énergie ou de climat sont désormais à considérer de manière globale.

Quels types d’infrastructures ?

Il existe quatre types d’infrastructures

L’ampleur des enjeux scientifiques et technologiques, ainsi que les coûts de construction et d’exploitation de ces infrastructures, requièrent une collaboration et des moyens humains et financiers importants, très souvent internationaux. Le ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation distingue quatre types d’infrastructures selon leur caractère national ou international, leur mode de gouvernance et leur soutien budgétaire :

  • les organisations internationales (OI) fondées sur une convention intergouvernementale,
  • les très grandes infrastructures de recherche (TGIR) relevant d’une stratégie gouvernementale,
  • les infrastructures de recherche (IR) mises en oeuvre directement par le CNRS et ses partenaires,
  • les projets n’ayant pas encore atteint leur pleine maturité.

Pour en savoir plus :

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid25384/strategie-nationale-des-infrastructures-de-recherche.html

https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid70554/la-feuille-de-route-nationale-des-infrastructures-de-recherche.html