L’objectif principal des services est de générer régulièrement des données et des produits de données dérivés d’observations et de mesures (des satellites au sol, en passant par des expériences et des modèles), allant jusqu’à la production d’indicateurs environnementaux. Ils sont en interface avec les infrastructures d’observation et les soutiennent dans le cadre de plans de gestion des données (DMP) établis conjointement. Ils offrent des ensembles et des séries de données et des modèles de produits de données structurés et harmonisés en termes de description (métadonnées), de format et de qualité, et pourront servir de référence à un large éventail d’utilisateurs.

Test des services d’infrastructure par le biais de projets pilotes dans le cadre du Projet GAIA DATA


Des tests et une surveillance permanents de l’infrastructure des services distribués seront programmés pour tester sous contrainte les caractéristiques des services proposés au moyen de cas d’utilisation menés par la communauté scientifique. L’infrastructure numérique avancée GAIA sera un élément fondamental pour la communauté des sciences de la Terre et de l’environnement, tout comme l’acquisition d’un grand instrument dans d’autres disciplines de recherche (par exemple un télescope, un accélérateur de particules ou un superordinateur), et peut être considérée comme un Data-scope. Il est fondamental de démontrer dès le départ le potentiel de recherche et de progrès scientifique de rupture que permet un tel instrument, en encourageant son utilisation durable par le biais d’un mode « challenge » par des projets à l’échelle. Cette phase pilote comprendra un appel à propositions et la sélection de plusieurs études de cas choisies pour leur potentiel à réaliser des percées scientifiques et leur capacité à déployer un flux de travail complexe pour le traitement et l’analyse de grands volumes de données multisources dans plusieurs des composantes de l’infrastructure. Elle est calquée sur le type de défis organisés pour l’accès aux superordinateurs. Tout au long du projet, des sessions de travail collaboratif, par exemple en mode hackathon, seront organisées pour permettre aux communautés de développer et de déployer de nouveaux services avancés axés sur la recherche sur l’infrastructure GAIA Data, avec le soutien spécifique d’experts.

Le projet GAIA Data couvre donc les cinq couches les plus élevées des infrastructures électroniques, des infrastructures numériques aux services de données spécifiques.
GAIA Data propose d’offrir aux utilisateurs des services de données dédiés à l’observation, la modélisation et l’étude du système terrestre, c’est-à-dire la géosphère, la biosphère et le climat. Ces services mettront en œuvre les principes FAIR et le protocole d’objet numérique lisible par machine, en tenant compte de caractéristiques spécifiques telles que le référencement géographique et temporel. Par exemple, les aspects cartographiques sont au cœur des services. GAIA Data proposera également un traitement de routine ou à la demande spécifique à chaque domaine, avec le placement colocalisé d’observations variées, d’analyses géostatistiques et de modèles environnementaux.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est GAIA-DATA-.jpg.